La girouette Macron montre son vrai visage d’ennemi des animaux

Devant la FNSEA jeudi dernier, Emmanuel Macron a exprimé tout le mépris que lui inspiraient les associations animales, désignant leurs bénévoles comme des « gens » insensibles à la mort des animaux de ferme.

Le même Macron n’a pas souhaité répondre au questionnaire du Collectif Animal regroupant plusieurs associations de défense animale, prouvant encore une fois son mépris pour des milliers de bénévoles dont le travail devrait au contraire être salué.

Pourtant, interrogé par la WWF sur ces sujets, Emmanuel Macron avait tenté de séduire écologistes et défenseurs des animaux, indiquant, de façon certes cryptique : « parce que nous sommes des enracinés, il y a des arbres à côté de nous, il y a des rivières, il y a des poissons, il y a des frères et des sœurs. Et c’est ce commun notre trésor. Et donc si on pense qu’on peut être heureux en l’oubliant, on oublie les devoirs de l’enraciné. »

M. Macron, dans cette élection présidentielle, a décidé de dire à chacun ce qu’il a envie d’entendre. Cette stratégie périlleuse montre ici ses limites, en mettant en lumière le vide que représente ce candidat qui, ne tranchant sur rien, est capable de dire tout et son contraire.