Proposition de résolution sur les résultats des politiques d’austérité imposées au peuple grec

Proposition de résolution de Sophie Montel et Florian Philippot sur les résultats des politiques d’austérité imposées au peuple grec :

Le Parlement européen,

– vu l’article 133 de son règlement,

A. Considérant qu’entre 2007 et 2015, la dette publique grecque est passée de 103 % à 179 % ;

B. Considérant que les deux contributions principales à la hausse de la dette sont la récession et la charge des intérêts, qu’autrement dit, l’augmentation totale de la dette est principalement due à « l’effet boule de neige », qui désigne l’augmentation mécanique due au différentiel entre taux d’intérêt réel et croissance ;

C. Considérant que la forte hausse du ratio de la dette sur le PIB depuis 2007 n’est absolument pas le fait de l’irresponsabilité budgétaire du gouvernement grec, mais est avant tout le résultat d’une stratégie de consolidation budgétaire erronée, reposant sur une logique d’austérité comptable plutôt que sur un raisonnement macroéconomique cohérent ;

D. Considérant enfin que les conséquences sociales de ces mesures d’austérité pour le peuple grec ont été immenses et se sont traduites en hausses de la pauvreté, des suicides, des difficultés d’accès aux soins, etc. ;

1. Demande à la Commission de s’excuser auprès du peuple grec pour la faute qu’elle a commise en tant que membre de la Troïka.