Proposition de résolution sur les turbulences financières créées par la Deutsche Bank

Proposition de résolution de Sophie Montel et Florian Philippot sur les turbulences financières créées par la Deutsche Bank :

Le Parlement européen,

– vu l’article 133 de son règlement,

A. considérant qu’au cours du mois de septembre 2016, la Deutsche Bank (DB) a vu sa valorisation boursière chuter à la suite de la décision de certains fonds spéculatifs de transférer leurs fonds;

B. considérant que l’instauration de l’euro a considérablement accru l’imbrication des engagements financiers entre pays, rendant les banques de l’ensemble de la zone euro particulièrement vulnérables aux turbulences de la DB;

C. considérant que les tests de stabilité bancaire menés par la BCE, qui avaient conclu à une meilleure résistance aux chocs, pêchent par leur manque de crédibilité;

D. considérant que les raisons de cette crise sont plutôt à chercher du côté de la financiarisation à outrance due au surplus d’épargne réinvesti dans un secteur financier dérégulé que dans les boucs émissaires faciles (taux d’intérêts faibles ou réglementation trop stricte);

E. considérant que le sauvetage du système bancaire par les États ne s’est pas accompagné d’une exigence de changement de modèle;

1. demande à la Commission et au Conseil une véritable séparation des activités bancaires, ainsi que de rendre davantage crédibles les «stress tests», suivant le modèle américain.