Question écrite sur l’usage du français au sein des institutions européennes

Question à la Commission avec demande de réponse écrite, déposée par Sophie Montel et Florian Philippot, sur l’usage du français au sein des institutions européennes :

Le français est une langue de travail de l’Union européenne, au même titre que l’anglais et l’allemand. Le français est par ailleurs partagé par des centaines de millions de francophones à travers le monde; il revêt de ce fait une dimension internationale et constitue un facilitateur des relations diplomatiques. Enfin, la précision du vocabulaire et la richesse de la langue française sont de nature à éviter de mauvaises interprétations tant juridiques que politiques. L’usage du français a pourtant été très largement marginalisé ces dernières années au sein des institutions européennes, par les institutions européennes elles-mêmes, qui y ont vu un nouveau moyen d’uniformisation, et par les politiques français, qui ont perdu toute ambition de défendre leur langue.

Qu’entend faire la Commission pour garantir un usage égal du français, de l’anglais et de l’allemand dans les travaux des institutions européennes ?